Accueil Engagement Faire son hajj façon éco-friendly

Faire son hajj façon éco-friendly

1
PARTAGER

La période du hajj approche à grands pas ! Dans quelques jours vous où peut-être quelqu’un de votre entourage ira réaliser l’acte de toute une vie, la consécration de son Islam, son pèlerinage à la Mecque.
Ahly vous propose ici quelques astuces pour réaliser votre hajj en étant le plus bienveillant envers l’environnement, ou comme le disent les anglais le plus « eco-friendly » possible.

1. Les transports :

Tout d’abord nos moyens de transport doivent faire l’objet d’une attention particulière. Vous allez comme la plupart des gens prendre l’avion pour vous rendre sur cette terre sacrée. On estimait à 23 000 le nombre de pèlerins de France qui partaient faire le hajj en avion en 2005, ce qui équivaut à environ 40 000 tonnes de CO2 selon nos calculs. Pour tenter d’amortir la pollution due à votre voyage, pensez à la compensation carbone.

Comment ça marche ?

Votre agence de voyage peut vous renseigner, parfois celles-ci intègrent la compensation carbone dans leurs offres. Si ce n’est pas le cas vous pouvez le faire vous-même, certains sites propose de compenser votre carbone en faisant un don qui servira à la plantation d’arbre. Sur www.action-carbon.org, vous pouvez calculez vous-même votre taux de carbone, et son équivalent à donner dans un projet de lutte contre l’effet de serre qui servira à l’amortir. Par exemple un aller-retour Paris-Médine, produit 1708 kg de Co2 soit 34,16 euros à compenser pour rééquilibrer l’effet de serre créé. Retrouvez sur notre page Facebook plusieurs associations qui vous proposent de compenser votre carbone.
Lorsque vous serez sur place pensez « transport écologique », notamment le nouveau métro de la Mecque respectueux de l’environnement et n’hésitez pas à marcher un peu lorsque les distances sont courtes, rappelez-vous l’aventure de Senad Hadzic ce Bosniaque de 47 ans qui est parti de chez lui à pied jusqu’à la Mecque, soit 5700 km effectué en 314 jours.
Depuis 2010 les autorités de la Mecque entreprennent une transition écologique pour rendre le hajj plus eco-friendly après avoir fait le constat que cette événement qui réunissaient les musulmans du monde entier était aussi un vecteur de pollution énorme. Le métro eco-friendly qui transporte les pèlerins de sites en sites n’est pas la seule réforme. La mise en place d’une centrale d’énergie solaire est aussi envisagée selon des informations provenant du site www.bbc.com, elle fournira l’énergie nécessaire pour éclairer les mosquées, les hôtels, les rues et les tunnels de la Mecque.

2. L’alimentation :

Pendant votre hajj vous serez constamment en déplacement, ce qui signifie que vous n’aurez pas toujours le temps de manger au restaurant ou à l’hôtel, vous allez donc prendre avec vous vos repas, pour déjeuner sur les sites directement. Cette contrainte doit cependant être prise avec beaucoup de responsabilité quant aux emballages que vous emporterez avec vous. Pour vous faciliter cette opération, voici quelques astuces qui relèvent du bon sens comme vous vous en apercevrez.
Pensez au préalable à emporter des produits peu ou pas emballés, si vous en avez la possibilité mettez votre nourriture dans un sac biodégradable ou bien dans un sac non jetable afin d’éviter le plastique dont on estime à 400 ans le temps nécessaire à sa biodégradation.
Concernant l’eau, l’idéal est évidemment d’avoir une gourde permanente, profitez-en pour la remplir depuis les robinets d’accès à la source de Zam-Zam, elle permettra à votre eau de rester fraîche et cela vous évitera la tentation de la laisser derrière vous. En 2010, 2 millions de pèlerins ont réalisés le Hajj, on estime à 100 millions le nombre de sacs et bouteilles en plastiques abandonnés sur les sites visités pour le hajj. (www.khaleafa.com)

 

Cet article est tiré de ce numéro

Prenons le temps de faire en quelques secondes ce que la nature mettrai des siècles à faire seule.
Comme Mohamed, ils sont des millions chaque année à constater l’état écologique des lieux saints en se rendant sur place, voici son témoignage.
« La première fois que je mis les pieds à Médine je fus frappé par le manque de gestion des déchets. En sortant de l’aéroport, j’étais indigné par les sacs plastiques que je voyais éparpillés à l’entrée du désert, je me mis à ramasser tous les sacs plastiques que je voyais sur le sol avant de lever les yeux et de voir que tous les horizons en étaient remplit. Je m’apercevrai plus tard que les environs de l’aéroport n’étaient pas les seules lieux dégradés par le plastique, la montagne d’Ouhoud elle-même n’était pas en reste de ces comportements outranciers. Cette montagne si importante à nos yeux est recouverte de bouteilles et d’emballages de toutes sortes, un affreux cauchemar pour qui vient contempler des lieux saints avec tout ce que l’on en attend ». Mohamed F., pèlerin.

En 2010, 2 millions de pèlerins ont réalisés le Hajj, on estime à 100 millions le nombre de sacs et bouteilles en plastiques abandonnées sur les sites visités pour le hajj.

Ecrit Par Ouissem SATOURI

1 COMMENTAIRE

  1. assalamou’alaykoum wa rahmatoullah wa barakatouh
    c’est vrai que j’ai fait ce constat sur la pollution lors de mon pèlerinage, avec le nombre croissant de pèlerins ça ne va pas s’arranger soubhanallah et on n’est loin du rapport que le musulman est censé avoir avec son environnement. Barakallahoufik pour ces supers conseils

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.