PARTAGER

On entend souvent parler d’expériences islamophobes, de xénophobie, de récits d’agressions, de haine. Pourtant, il existe aussi de très belles histoires dont on ne parle jamais, des histoires formidables et bouleversantes qui redonnent un brin d’espoir quand tout va mal.

Je suis Niamé, j’ai 22 ans, Française d’origine malienne, j’ai grandi en région Parisienne où j’y vis avec ma famille. Je suis arrivée de l’autre côté de la Manche fin janvier 2014 dans le cadre de mes études et aujourd’hui je travaille comme assistante Web dans le domaine de la santé pour Simply Supplements France.

En commençant à travailler chez Simply Supplements avec mon hijab, j’ai été surprise de voir qu’une salle était à la disposition des personnes souhaitant prier. Je n’ai jamais essuyé de remarques désobligeantes sur ma façon de m’habiller. J’ai par contre eu le droit à des questions, qui m’ont d’ailleurs amenée à vivre une expérience assez unique avec mes collègues au travail …

Une semaine avant le Ramadhan, après le travail, mes collègues m’ont questionnée sur les raisons du jeûne. Je ne suis pas dépité et je leur réponds sans pression. Mes réponses suscitent beaucoup d’étonnement. Ma responsable me lance « C’est beaucoup trop, ni manger ni boire ni fumer, je pourrais pas ! ». Plus elle apprenait plus en semblait intriguée. Quelques minutes plus tard elle me dit « Bon si tu ne manges pas, je dirais aux autres de ne pas manger dans le bureau dès demain ». Contre toute attente, au fil de la conversation elle annonce « Je vais jeûner un jour avec toi ». Comme quoi c’est vraiment Allah qui détient les cœurs. En l’espace de quelques minutes, elle passe du non au oui avec plaisir !

Deux autres collègues de mon équipe assistent à la conversation. Aaron, refuse catégoriquement et Nichole accepte. Le lendemain matin, retournement de situation, Aaron nous annonce qu’il veut finalement jeûner pour « ressentir ce que les pauvres ressentent ».
La dernière semaine de Ramadhan, nous fixons une date pour le jeûne collectif. Ce sera jeudi 24 Juillet. En l’espace d’une demi-journée, le mot a fait le tour de l’entreprise. Deux designers anglais non-musulmans nous rejoignent, ainsi que deux jeunes anglaises toutes deux chargées de communication. Nous nous retrouvons ainsi 10 personnes à jeûner en l’espace de quelques heures, 3 musulmans et 7 non musulmans. Je ne m’y attendais pas. Encore une fois c’est certes Allah qui détient les cœurs.

Le jour du jeûne était complètement différent. L’atmosphère était calme, les gens semblaient ailleurs pour être honnête. Ana, ma responsable, s’était abstenue de fumer toute la journée pour la première fois depuis plus de 10 ans : « Mes addictions ont été plus présentes que la soif et la faim, je ne pensais qu’à ma canette de soda fraîche et fumer une cigarette espagnole. J’étais anxieuse et nerveuse et j’essayais de penser à autre chose mais c’était presque impossible. » Au final elle l’a fait. Aaron a rompu le jeune et a avoué avoir apprécié plus que jamais la saveur de l’eau…

Le directeur de l’entreprise en a entendu parler et souhaite à son tour tenter l’expérience du jeûne l’année prochaine inchaAllah.

Je suis moi-même étonnée par cet élan de soli darité qui m’est arrivé ici en Angleterre. Aujourd’hui je ne me vois pas forcément rentrer en France, je suis stressée rien qu’à l’idée d’y aller en vacances. Ici j’ai rencontré des personnes venant de la Palestine, d’Oman, de Malaysie, d’Arabie Saoudite, du Malawi et j’en passe. J’y suis plus à l’aise, et pour cause, l’Angleterre est un pays dit «ouvert » et tolérant. Mon expérience durant ce Ramadhan 2014 me l’a confirmée.

————————————————-
Je loue mon Seigneur qui m’a facilitée, je remercie Amel Rachem d’Ahly Mag pour m’avoir permis de livrer ce témoigner et bien entendu mes collègues de la team Simply Supplements.

Voici les collègues de Niamé ayant jeûner avec elle et leurs témoignages :

Untitled-1

DANIELLE – Anglaise, 22, chargée de communication
Je ne sais pas vraiment quoi dire… Ce n’était pas si difficile que ce que je pensais pour être honnête, s’abstenir de manger est une décision raisonnable de toute façon. On parvient à surmonter la faim donc cela ne m’a tellement dérangée. C’était plus le fait de ne pas pouvoir boire de l’eau qui était difficile. J’aurais aimé un bon verre d’eau glacé et j’ai ressenti ce besoin dès le matin. Je vous tire mon chapeau, à vous qui le faites chaque année. C’est un challenge à la fois mentale et physique. Cela demande beaucoup de force. Bravo à tous !

AARON –Assistant web Européen, 23 ans – bilingue Anglais Français
J’ai décidé de faire un jour de Ramadan puisque quelques uns de mes collègues musulmans le faisaient et je voulais savoir si je pouvais le faire aussi. Je ne l’ai pas fait pour des raisons religieuses mais parce qu’il y a tant de personnes au monde qui n’ont pas assez à manger et à boire, je voulais sentir leur douleur, même si ce n’était qu’un jour.
Avant, je ne pensais pas que j(étais capable de le faire, puisque je mange très fréquemment pendant la journée et je bois beaucoup de thé comme un vrai british ! Je pensais que ce serait un vrai défi pour moi et la veille j’avais peur que je m’évanouisse ou quelque chose comme ça !
Heureusement ce n’était pas aussi difficile que je le pensais. Bien sûr j’avais faim, mais plus que ça, j’avais soif et j’étais très fatigué, surtout l’après-midi. J’avais mal à la tête à cause du manque de caféine et j’avais du mal à me concentrer sur mon travail. La seule chose dont j’avais envie était une tasse de thé, pour satisfaire ma soif et soulager le mal de tête.
Après le travail je suis allé voir ma copine qui habite dans une autre ville. J’étais un peu soucieux de conduire sans avoir rien mangé mais en fait je n’avais aucun problème. Pour rompre le jeûne j’ai bu de l’eau et de la limonade dont le goût était fantastique !
Je suis content d’avoir pu faire le ramadan mais je ne voudrais pas le refaire l’année prochaine ! Durant ce mois, j’ai décidé avec l’aide de mes collègues, d’organiser une journée pour amasser de l’argent pour les personnes affectées par le conflit à Gaza, grâce à des gâteaux, des jeux etc…

ANA – Responsable Sites Européens, 36 ans – Espagnole
Un jour après le travail, je prenais un verre avec mes collègues de Simply Supplements, l’idée de jeûner me vint à l’esprit car Niamé allait commencer le Ramadan. J’ai été en couple durant deux années avec un musulman, mais je n’ai jamais pensé à jeûner avec lui. J’ignore pourquoi ce jour avec mes collègues j’ai penser à jeûner. Un seul jour pouvait être un moyen de soutenir nos collègues musulmans au travail pendant la période de Ramadan.
La veille, je suis restée éveillée jusque très tard environ 00h30. J’ai mangé un énorme plat de pâtes et j’ai fumé une dernière cigarette avant d’aller dormir. Le jour d’après, JOUR DE JEÛNE, je me suis levée comme d’habitude, assoiffée. Je suis allée rapidement me brosser les dents pour au moins ressentir la sensation de l’eau dans la bouche. Je me suis brossée les dents à deux reprises.
En arrivant au bureau, je savais dès le début que cela allait être facile car mes collègues allait aussi essayer de jeûner à mes cotés. Je n’étais donc pas seule, et bien sur Niamé et Shabbir étaient là pour me soutenir, me dire que tout se passerait bien et réconfortaient tous ceux qui jeûnaient ce jour là. La première chose qui m’a manquée était de fumer, quasiment toute la journée je me disais que je voulais une cigarette puis du soda. Je ne me souciais ni de ni de l’eau ni de la nourriture. Mes addictions ont été plus présentes que la soif et la faim, je ne pensais qu’à ma canette de soda fraîche et fumer une cigarette espagnole.
J’étais anxieuse et nerveuse et j’essayais de penser à autre chose mais c’était presque impossible. Quand j’ai envisagé d’arrêter le jeûne car j’avais besoin de ma cigarette, je pensais à mes collègues Niamé et Shabbir qui le font pendant un mois sans se plaindre et toujours le sourire au visage tandis que mois juste un jour je me disais que c’était insoutenable. Je suis passé par différentes phases ce jour-là, maux de tête, nervosité, anxiété, je devais quitter le bureau à plusieurs reprises pour respirer et me calmer. La journée de travail s’est terminée et je l’ai fait ! Pas de tabac, pas de cola et bien sûr pas de nourriture ou de boisson. Pour être honnête c’est quelque chose que jamais je n’aurai oser faire car mon esprit est trop focalisé sur mes addictions.
Pour moi le pire était quand même à venir. 5h fin de service, je finis le travail il est temps de rentrer chez moi et de faire face. Personne n’était présent pour me soutenir et me dire « Non Ana, tu ne peux pas faire ça » ! Je me disais jusque 21h15 … . Je n’avais pas d’autre choix que d’aller dormir. Les choses ne pouvaient être plus difficiles car j’avais passé ma journée sans caféine (le cola est ma caféine) et mis mon réveil à 21h10. Je vous laisse imaginer la première chose que j’ai pu faire à 21h15.
Je dois dire que ce fut une expérience totalement différente, maintenant je comprend tous les efforts et l’énergie que mes collègues musulmans fournissent pendant le Ramadan quelque chose que je ne suis pas sûr de pouvoir faire pendant un mois. Je me suis sentis bien avec moi-même et fière du fait de l’avoir accomplit et de l’avoir terminé, mais c’était difficile, très très difficile.

BEN- designer- Anglais
Jeûner à été une expérience incroyable par contre se lever à 2h45 du matin pour avaler trois bols de céréales était un peu bizarre. Le plus grand défi était de se priver du luxe de l’eau en particulier en pleine canicule. Mais il valait le coup d’expérimenter quelque chose que des millions de personnes font chaque jour et de supporter un ami dans ce moment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.