Sélectionner une page

La nouvelle norme des familles monoparentales

La nouvelle norme des familles monoparentales

Le cadre traditionnel des familles biparentales est face à des changements de société. Si la vie familiale a toujours été représentée par un papa, une maman et un enfant voire plusieurs, les temps changent ! Et le modèle des familles monoparentales y est pour beaucoup.

Un véritable changement des mentalités

Etant beaucoup moins considérés comme des personnes déviantes, les papas solos tout comme les mamans dans la même situation ne sont plus autant en marge de la société. Il faut dire que bien longtemps on a considéré un couple marié avec enfants comme l’environnement le plus sain. Exit alors le divorce, véritable tabou et surtout synonyme d’échec. Dans les esprits, il était possible d’être dans une famille monoparentale seulement en cas de veuvage. Cependant les choses ont évolué. Une étude présentée par l’INSEE indique que les pays d’Europe du Nord, comprenant la France, connaissent le taux le plus élevé de familles monoparentales avec beaucoup de naissances hors mariage (15 % à 25 %). Ces familles ne sont pas pour autant majoritaires. Les îles britanniques comme les pays baltes sont plutôt attachés au modèle de familles biparentales qui sont le fondement de la société. Les pays du sud, attachés à la tradition, sont à mi-chemin entre les deux tendances. Même si elle reste minoritaire, la monoparentalité est une situation de plus en plus fréquente.

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

Eurostat explique que les parents veufs représentent 6 % des familles monoparentales en Europe. Ces parents ont au minimum un enfant de moins de 18 ans. De plus, la maternité précoce a pour conséquence de voir des mères célibataires et certaines ont d’ailleurs également des enfants de différents conjoints. Elles vivent uniquement avec leurs enfants ou une situation de précarité peut également les pousser à retourner vivre au domicile de leurs parents. 32 % des familles monoparentales est uniquement composé de mères divorcées de leur ex-conjoint. Le cas du concubinage aboutissant à une séparation mène à la monoparentalité. En Europe, 23% des monoparents peuvent avoir des conditions de vie précaires avec notamment des difficultés pour boucler les fins de mois. Veuf ou veuve, père ou mère d’une famille nombreuse ; mère ou père divorcé(e) ; mère jamais mariée avec des grossesses vécues étant très jeune ou pas ; voici ainsi quelques différentes sortes de familles monoparentales qui existent.

Les modes de vie conjugaux se modifient donc, faisant et défaisant les modèles. Beaucoup continuent à penser qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère dans son foyer pour être heureux. Serait-il possible que cette affirmation puisse elle aussi évoluer ?

Ecrit par Siham TOUIL

A propos de l'auteur

2 commentaires

  1. Talamize

    Assalam ou’alykoum,
    Constat très alarmant, cela est devenue courant et banal, ce qui m’attriste le plus, c’est que ce fléau touche également notre communauté, qu’Allah protège nos familles et les enveloppe de sa miséricorde.

    Répondre
    • Amel Rachem

      amin

      Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This