Accueil Société Actualités Le partage des tâches ménagères au sein du couple, utopie ?

Le partage des tâches ménagères au sein du couple, utopie ?

8
PARTAGER

Les tâches ménagères sont le quotidien dans la vie de couple. Époux et épouse vivent sous un même toit qu’il faut entretenir. Cependant, en octobre 2015, une étude de l’Insee indiquait que les femmes accomplissaient les deux tiers des tâches domestiques. Prouvant donc que les hommes sont « à la traîne ».

Les femmes bricolos, les hommes aux fourneaux ?

Historiquement mais aussi culturellement, les tâches ménagères ont toujours été désignées comme incombant aux femmes ; les us et les mœurs les plaçant ainsi. Les hommes étant plutôt assignés au bricolage, au jardinage… Le fonctionnement des couples est donc ainsi depuis des générations et des générations, répétant un modèle qu’on se transmet. Le temps mais aussi l’évolution des mentalités, avec notamment des femmes de plus en plus actives sur le marché du travail, nous prouvent cependant que certaines tâches changent de camp ou deviennent « asexuées ». En effet, il est possible de trouver des membres de la gente masculine aimer cuisiner. Tout comme il n’est pas rare de voir des femmes marteau et perceuse à la main !

Comment se comportait le Prophète Mohammed (saws) ?

En tant que membres de la oumma, on a évidemment tendance à vouloir se tourner vers le comportement qu’avait le Prophète (saws). Dans un hadith rapporté par Boukhari, lorsqu’on interrogeait un jour Aïcha sur la manière de faire du Messager, elle répondait : « Il aidait sa famille (c’est-à-dire il était à leur service) et lorsque venait l’heure de la prière, il partait prier ». D’autres hadith stipulent qu’il nettoyait et cousait ses vêtements. La Sunna aide alors à ouvrir les yeux sur le meilleur des comportements de l’époux vis-à-vis de son épouse et de son foyer. D’ailleurs, très souvent, à force de tâches ménagères, on peut se sentir fatiguées et répétant sans cesse les mêmes tâches. Alors l’aide du conjoint est un partage de ce quotidien, un moyen de renforcer la complicité mais aussi d’éviter la routine ! Que les messieurs mettent la main à la pâte permet également à leurs dames de consacrer du temps à autre chose : apprentissage religieux, devoirs des enfants… ou tout simplement prendre soin de soi.

L’homme, à l’aise avec les tâches ménagères ?

Les tâches ménagères peuvent miner les couples, c’est une réalité lorsque les rôles ne sont pas distribués de manière équitable. Les habitudes prises lors du célibat, notamment quand monsieur était encore chez maman, ont des conséquences. Loin de vouloir atteindre un idéal qui n’existe pas, on peut se mettre d’accord sur ce qui incombera à l’un ou à l’autre, de manière efficace. Si vous démarrez votre vie de couple, faites cela dés le départ sinon il faudra faire des modifications au fur et à mesure, ce qui risque d’être difficile. De plus, mieux vaut que les tâches soient réparties selon les capacités de chacun. Monsieur pourra passer l’aspirateur, un coup de balai, faire la poussière, faire tourner les machines. Il ne fera certainement pas comme madame, mais à madame de comprendre que les choses peuvent être faites différemment.

Le partage des tâches ménagères n’est pas égalitaire. La faute aux mentalités, aux (mauvaises) habitudes, aux hommes qui s’appuient sur leurs femmes et par la force des choses aux épouses qui ont du mal à se décharger de certaines tâches. De plus, avez-vous entendu parler de cette étude qui dit que plus un homme aide à la maison, plus il risque le divorce ? Le partage équitable n’est donc pas pour demain…

Et vous que mettez-vous en pratique au quotidien au sein de votre couple ou vie de famille pour les tâches domestiques ?

Ecrit par Siham TOUIL

8 Commentaires

  1. J’aurais bien commencé en disant “j’ai un super époux qui s’occupe de faire tout plein de choses à la maison : vaisselle, linge, repassage, rangement, sortir les poubelle…”. Mais en fait j’appelle simplement ça un époux normal. Nous travaillons tous les deux, sortons tous les deux à peu près à la même heure le matin, et rentrons à peu près à la même heure le soir. Alors il est naturel de se partager les tâches.

    Comment les avons-nous réparties, ces tâches domestiques à accomplir ?

    En fonction de nos préférences – j’aime bien passer l’aspirateur, ça me détend et il aime bien repasser, forcément, c’était tout trouvé ! – et de nos capacités – je cuisine mieux que lui, il est plus organisé donc logiquement je passe derrière les fourneaux et il s’occupe du rangement.

    Je ne dirai jamais que mon époux “m’aide” ou “me seconde” à la maison, parce que je ne pense pas que fait de s’occuper de sa maison soit une mission qui incombe exclusivement/principalement aux femmes. Alors je préfère dire que mon époux fait ce qu’il a à faire tout simplement, il est un adulte responsable et conscient.

    Et lorsque nous aurons des enfants, nous ne leur apprendrons certainement pas que les tâches domestique n’incombent qu’aux filles /femmes. Nous ne ferons aucune différence entre garçons et filles, tous devront apprendre à tout faire à la maison parce que nous voulons élever de futurs adultes indépendants, responsables, respectueux d’autrui, et leur donner toutes les aptitudes qui leur permettront de construire un monde plus juste, un monde égalitaire, un monde meilleur en somme.

  2. Salam 3aleykoum,
    Actuellement en congé parental alors je m’occupe de tout vaisselle, serpiere, mangé, aspirateur douche des enfants. El hamdoulilah je suis en congé depuis le 2eme bambin . Mais auparavant quand je travaillais j’avais des horaires de dingues je pouvais commencer à 11h voir 10h et finir à 20h et je faisais tout . Dès que je rentrais je disais à mon mari de doucher la petite et moi je rangeais et faisait à manger ou parfois c’est moi qui l’a douchais et lui s’occupait de la vaisselle et faire à manger. Et mes jours de repos c’était grand ménage et courses.
    Quand je travaillais on se disputais avec mon mari car la fatigue du travail ne donnais pas envie de faire le ménage.
    Aujourd’hui , vu qu’il travail je fais tout et sa ne me dérange pas car j’aime que tout soit carré et c’est pas forcément sa avec lui. Donc je lui demande seulement ce qu’il sait faire quand j’ai envi de me reposer ou m’occuper des enfants. Et vu que j’ai des problèmes de dos il m’aide dans ce que je peux pas faire quand j’ai énormément mal comme vaisselle et tendre le linge et un coup de balai.
    Mais attention je ne peux pas lui demander l’aspirateur ou la serpiere car il aime pas sa alors je le force pas et je préfère le faire car c’est mieux fais par moi lol. Et doucher les enfants quand je suis extrêmement fatigué . Mais globalement je l’ai connu bordélique aujourd’hui il est plus ordonné el hamdoulilah . Et je préfère lui demander surtout quand il est de repos: de faire ménage manger et douche des enfants.
    Bon comme je dis on se complète et c’est l’essentiel , j’avais pas besoin de trouver un homme complet .
    Aujourd’hui nous avons grâce à Dieu une fille et un garçon et nous leur apprenons à tous les deux à ranger, s’entraider, sa va plus vite .
    Je suis contente comme sa car chez mes parents j’étais la seule fille et la cendrillon , et c’est vraiment comme sa que m’appelais mes copines auparavant car je passais mon temps à ranger vu que mes frères ne touchais à rien sauf pour faire le bazarre. Alors d’où je viens el hamdoulilah . Je me pleins pas.
    El hamdoulilah
    Bon courage à toutes et que Allah nous donne à chacune la patience amine.
    Car être femme, femme active, maman et femme de ménage n’est pas évident . Mais Allah facilite à qui Il veut et si on L’implore pour la moindre tâche Il nous l’a facilite.

  3. Salam aleykoum.

    Je crois que le partage équitable n’est ps quantifiable. Selon moi le plus important est que chaque couple trouve son équilibre et cet équilibre va différer de beaucoup selon chaque famille. Certains hommes comme vous dites feront volontiers le repas, certaines femmes sont bricoleuses, certaines apprécies de ranger ( sisi j’en connais ) d’autres déteste cela lol ! Dans certaines famille les deux membres du couple travail, dans d’autre seulement un, dans certaines familles il y à 5-6 enfants ou plus, dans d’autres il n’y en à qu’un ou pas … bref les choses ne peuvent êtres identiques au sein de chaque foyer.

    Un partage équitable c’est avant tout une famille qui à trouvé SON équilibre et où chaque membre se sent respecté et accepte le rôle qui est le sien. Ou qui, en cas contraire peu l’exprimer et se sentir entendu. Une femme au foyer avec des enfants en bas âge feras probablement plus de tâches ménagères, mais cela n’est pas injuste si de son côté le mari travail, fait les courses par exemple, s’occupe du jardin ou autre tâche etc. Le fait que ce soit la mère qui fasse le plus souvent le ménage ne signifie pas que le partage des tâche est inéquitable je pense.

    Je souhaite à chaque couple, chaque famille de trouver son équilibre propre. Qu’Allah accorde à tous la possibilité de se sentir épanoui au sein de son couple quelqu’en soient les spécificité amine

  4. Salam Alikoum,

    Dans ma famille, tous les hommes participent aux tâches du foyer, et j’ai toujours vu mon père le faire. C’est donc une chance puisque je vois que c’est loin d’être le cas partout, familles non musulmanes y compris!
    Mais aux femmes aussi de pousser à changer les mentalités, quand elles élèvent leurs garçons comme des pachas et leurs filles comme des futures servantes, et quand elles ne délèguent rien parce que “c’est mal fait”, alors que ce qui compte c’est de faire participer et aller plus vite à plusieurs.
    Pour parler d’un cas plus précis, j’ai aussi remarqué que les hommes venant “du bled ” comme on dit, c’est à dire nés au Maghreb ne sont pas les plus difficiles là-dessus contrairement à ce qu’on pourrait imaginer..

    Bon courage à toutes, et qu’ALlah nous mette la mahabba dans les couples et les familles!

  5. Salem alaikoum,

    Mon mari m’aide jamais, je travaille autant que lui, j’ai plus de trajet que lui mais rien à faire je peux lui demander il ne m’aide pas. Javoue que c’est difficile certaines fois et deprimant surtout avec mes problèmes de santé.

  6. Salam Aleikoum,

    Pour ma part, participer aux tâches ménagères est quelques chose de normal pour moi.
    Je m’occupe et participe de ce qui m’incombe naturellement.
    Dans ma jeunesse, je me rappelle pour tout vous dire, du temps que prenait ma mère à ranger, nettoyer, ordonner, trier toutes sortes de choses, du petit au gros volume que constituait l’intérieur de notre appartement.
    Mais pas qu’eux. Je me rappelle aussi de nos arrivées au Maroc pendant les vacances estivales ou après juste une courte nuit, la maison familiale était complètement retournée, de fond en comble, dépoussiérée, astiquée, pour enfin pouvoir se reposer tranquillement dans un intérieur propre. Évidemment, tout cela se faisait avec l’aide de mes grandes sœurs, cousines et mes grands frères. Alors mon regard d’enfant, c’était un regard cadrant et photographiant.

    D’ailleurs, c’était du haut de mes trois petites pommes, quelque chose de super excitant puisque tout le monde participait et j’étais fier de donner un coup de main. C’était hyper valorisant pour moi.
    Cela participait de la responsabilisation. Good souvenir. Soubhanallah.

    Alors les tâches ménagères j’ai presque grandi avec. Et pendant dix-sept ans encore, je me devais d’accomplir différentes tâches avec mon petit frère durant la longue période de maladie de ma mère, malade d’alzheimer.

    J’étais fier de ma mère, qui n’est plus auprès de moi aujourd’hui. Mais qui a su me donner des valeurs et m’inculquer le sens du devoir y compris envers sa famille.
    Aujourd’hui, Al hamdoulillah dans ma vie de couple, cela ne me pose aucun souci.

    Salam aleikoum wa rahmatullah.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.