Accueil Famille Couple Témoignage : Je suis mère célibataire

Témoignage : Je suis mère célibataire

0
PARTAGER

Nozaym a accepté de livrer son témoignage de maman célibataire et de partager avec vous son quotidien avec ses hauts mais aussi ses bas.

Témoignage de Nozaym, 32 ans

Aujourd’hui et plus que jamais, on ne compte plus dans la communauté musulmane le nombre de femmes divorcées, qui se retrouvent célibataires avec des enfants de leur précédent mariage. On peut se dire « Oh  c’est classique maintenant ! ça se fait… ». Souvent incomprises, ignorées, on méconnait finalement le quotidien et les émotions qui animent la maman célibataire. Les joies, les peines, les difficultés, les espoirs, l’organisation, les changements à opérer…C’est pourquoi je viens vous apporter mon témoignage Inshâ Allâh.

Je m’appelle Nozaym, j’ai 32 ans, musulmane depuis environ 13 ans, j’ai 2 enfants de 8 et 2 ans nés de mon union maritale et je vis seule depuis l’été 2015. Je suis restée mariée presque 10 ans avec un homme et nos chemins se sont séparés malgré des essais durant de longues années pour relancer dans le bien notre relation, tout du moins la maintenir…avant tout pour nos enfants. Car oui ! Il est toujours très difficile de se résigner au divorce et notamment quand il y a des enfants en jeu. On sait très bien que les conséquences ne sont pas toujours que positives. Alors on patiente et on essaie, mais lorsque les chemins sont décidément incompatibles, il faut savoir prendre les mesures nécessaires au bien-être de tous.

Au début, j’ai eu peur, de tout : du renouveau, de sauter dans le « vide », dans l’inconnu, moi qui était totalement dépendante et inactive avant. Allais-je devoir retravailler à l’extérieur, ne plus ainsi m’occuper autant de mes enfants comme je le faisais jadis, ne plus faire mes prières à l’heure ? Comment allais-je subvenir à nos besoins ? Et le divorce et toutes ses démarches administratives, ça me faisait peur… Et puis vais-je réussir à me remarier ? Bref, je me posais un tas de questions qui créaient en moi des angoisses et émotions négatives. Puis le temps fait bien les choses, beaucoup d’invocations et Allah facilite pour tout d’une façon incommensurable…

Au quotidien

Pour le moment je n’ai pas repris mon activité professionnelle, ce qui ne saurait tarder Inshâ Allâh. Je suis assistante maternelle agréée, c’est une profession qui me permet vu le petit nombre d’enfants gardés de couvrir tout juste les dépenses obligatoires à faire. Les aides sociales, qui je dois dire dans ma situation sont une facilité et une aide importante me permettent de joindre les 2 bouts même si il ne me reste que peu pour les « plaisirs ». Donc voilà l’aspect financier dans ma situation n’est pas idéal mais vivable Hamdullilâh.

Le plus difficile réside dans le fait d’être constamment seule avec ses enfants. Je n’ai aucune famille proche résidant à côté, donc je suis maman à temps plein la semaine non stop et c’est fatiguant, voir très, physiquement et émotionnellement certains jours, car mes enfants sont adorables mais ma patience n’est pas infinie et parfois j’en manque beaucoup, ainsi que de bienveillance. Il y a comme un ras le bol dans ces moments surtout d’être seule et ne pas avoir un époux pour me soutenir moralement et physiquement et me permettre de me décharger, qu’il s’occupe aussi de mes enfants etc

Être maman solo, c’est aussi une grande source de bonheur et de bienfaits non négligeables car je manage mon temps avec eux comme je l’entends sans compte à rendre, j’ai des instants de jeux, de sourires, de tendresse, parfaitement exclusifs avec eux et c’est très gratifiant en tant que mère. Il y a une espèce de liberté dans ma façon de les « accompagner/éduquer », de leur transmettre aussi notamment religieusement ce qui me plaît parce que j’estime essayer de faire de mon mieux pour eux sans personne pour me contrer ! Mon rôle de mère et d’éducatrice religieuse est encore plus valorisant pour moi du fait que j’assume tout cela seule.

Tous les jours ou presque, le soir avant de dormir, je me fixe des objectifs d’une part sur moi-même par rapport à la direction que je souhaite donner à ma vie, mes faiblesses, ce que je peux améliorer etc, je m’éduque moi-même avec mes enfants qui mettent en lumière mes fragilités et cela me permet de me remettre en question et de devenir une meilleure version de moi-même par rapport à la veille.

Il est vrai que je suis parfois terriblement fatiguée et du coup agacée avec mes enfants, avec des propos parfois durs, très durs et anti-pédagogiques. Mais je me reprends toujours et je prends soin de discuter tous les jours avec eux, de leur expliquer les choses, notre situation actuelle etc. Je les laisse s’ouvrir à moi et me confier toutes les émotions qui les parcourent sur tout ce qui peut les préoccuper. Je dirais que dans ma situation, j’essaie même si j’échoue parfois, d’avoir une écoute bien plus active, encore plus de tendresse et beaucoup de lâcher prise !

J’ai aussi un temps exclusif de jeu avec eux tous les jours ou presque et ça nous fait beaucoup de bien pour recharger positivement les émotions. Du coup je les sens après moins en demande ou difficiles à gérer. J’ai revu ma façon très codifiée voir maniaque de m’occuper d’eux et je me laisse porter avec eux tout en gardant l’objectif d’être un bon exemple pour eux. J’essaie d’être ferme car je trouve qu’en étant seule mes enfants ont parfois plus de mal à m’écouter, ils essaient toujours de contourner les limites.

D’un point de vue religieux, je leur lis des livres qui ont attrait à l’Islam très régulièrement. Je relie chaque acte quotidien même bénin en apparence au Créateur afin que l’Islam et Dieu soient ancrés dans leur cœur et inshâ Allâh dans leur pratique. Je prie toujours devant eux pour leur montrer l’exemple, j’incite mon fils à prier quotidiennement tout en l’aidant pour la récitation, on fait des invocations à voix haute ensemble…Voilà, tout cela pour dire qu’à mon modeste niveau j’essaie de maintenir et embellir l’iman en eux par Sa Permission.

L’organisation, quant à elle, est l’axe prioritaire qui régit toute ma vie de maman solo ! Elle doit être millimétrée, du matin au coucher, j’essaie d’optimiser au mieux mon temps pour ne pas le perdre et faire un maximum de choses. Je me suis vite rendue compte aussi que pour être bien , « mieux » avec mes enfants , j’ai besoin de ne pas être « qu’une » mère et d’avoir donc des moments exclusifs rien que pour moi. Donc dès que je peux dégager un temps libre (sieste des enfants, le soir après leur coucher, le week-end quand ils ne sont pas avec moi etc), j’étudie l’Islam, je vais à des conférences, je lis, j’écris, je vois des personnes, ce qui me permet d’avoir une vie sociale, m’enrichir et exister dans d’autres rôles que celui de maman et du coup après je suis « rechargée » et meilleure avec eux !

Les journées quand ils sont là notamment sont bien établies, de l’organisation du repas, à l’habillement , aux sorties, à l’heure de la douche, de l’histoire, des rituels avant de dormir, à l’heure de leur coucher etc, tout est bien programmé, je connais le temps de durée de chaque rituel (lire une histoire, manger etc) et je pense que eux aussi ça les rassure quelque part, mais à la fois il m’arrive comme dit plus haut de « lâcher prise » et ne pas respecter strictement tout ce que j’avais prévu dans le fond comme dans la forme.

Pour conclure, être maman célibataire avec des enfants demande une profonde remise en question, beaucoup de confiance en Lui, d’invocations, demander Son Aide, repenser complètement sa vie pour tous les axes. Cela demande du temps pour faire taire certaines peurs et angoisses, il y a des jours où on échoue et il faut savoir accepter que l’on est pas toujours au top, on apprend beaucoup sur nous-même dans cette situation, on se renforce et en fin de compte pour ma part, je parviens à présent à n’en voir que tous les bienfaits présents et ils sont si nombreux ! Apprenons aussi à la pédagogie de la vie dans chaque épreuve : laisser « le temps » faire les choses et les cicatriser, Hamdullilâh.

LAISSER UN COMMENTAIRE